Des chantiers de jeunes bien utiles

Sans vouloir retirer une once de leur mérite aux bâtisseurs bretons, il faut signaler que souvent ce sont des jeunes venant d’autres régions qui sont les déclencheurs des actions lourdes relayées ultérieurement par les associations de reconstruction.
Breiz Santel sert de plaque tournante , depuis de nombreuses années, à des chantiers d’été pour des groupes de jeunes disposés à intervenir sur des sites bretons.
Ces groupes doivent être autonomes, car Breiz Santel n’a pas les moyens de les encadrer. Ce sont donc souvent des groupes appartenant à des mouvements de Scoutisme.
Leur intervention est par définition légère, mais elle est néamoins importante et le résultat en est souvent spectaculaire. Il s’agit de défrichage des abords, de l’intérieur et des murs d’une chapelle . Dans un deuxième temps (cela peut-être l’été suivant), après quelques conseils prodigués par l’architecte Léo Goas, il peut y avoir collecte et classement de pierres jonchant le sol. Ces jeunes seront récompensés par le spectacle d’une architecture émergeant de la verdure et même la possibilité de voir procéder aux premières démarches de datation. Mais ils donnent aussi la possibilité, aux voisins et autres personnes de la comune, de ressentir le choc de cette nouvelle présence monumentale et, souvent, l’impérieux désir de ne pas en rester là.
Citons en passant la contribution de Breiz Santel , pendant des années, (environ dix ans) , au relèvement de la prestigieuse abbaye de Notre Dame de Bon Repos, en Saint Gelven (22). Chaque été, Breiz santel y a envoyé des jeunes, sous sa responsabilité et son contrôle, (environ 500 au total), qui y ont réalisé des opérations de défrichage, de repérage, et d’identification de vestiges architecturaux

 

 

L'architecte Leo Goas donne quelques conseils techniques à un groupe de jeunes sur le chantier St Jean de Loqueran